Fresque citoyenne de Peseux en mieux célébrée dans la convivialité!

Jeudi 13 juin 2019, 40 personnes ont pris à l’événement d’inauguration de la fresque citoyenne de Peseux en mieux dans la cour de Voegeli Boissons à Peseux.

  • Inauguration de la fresque citoyenne de Peseux en mieux - 13.06.2019

Jacqueline Lavoyer, cheville ouvrière du projet, a évoqué le processus de mise au monde de la fresque comme une métaphore de toute démarche collective.

Soy, l’artiste auteur de l’oeuvre, en a expliqué la réalisation. il a relevé les nombreuses interactions avec les passants du quartier et les ouvriers de l’entreprise Voegeli tout au long du chantier qui a duré plusieurs semaines en 2018. Le matin même, il a apporté les dernières retouches à la fresque en présence du journaliste Carlos Montserrat (Canal Alpha).

La chanteuse de la Béroche Elena Leuba (20 ans), connue pour sa participation à Côté Talents et au concours Voice Star 2018 a transmis de l’émotion en interprétant des chansons actuelles depuis le quai de déchargement spécialement éclairé par le soleil, lui aussi de la partie.

Madame Arlette et Monsieur Yves Voegeli ont offert l’apéritif dans leur cour aux visiteurs qui ont fait le déplacement au 32 de l’avenue Fornachon.

Le financement de l’œuvre ainsi que la peinture de fond ont été généreusement assurés par l’entreprise Von Arx SA. Grand merci à ses dirigeants!

  • Les visiteurs ont pu s'essayer au graf.

Les Subiéreux inaugurent leur fresque citoyenne

L’inauguration du 13 juin 2019 célèbre avant tout l’aboutissement de la mise en commun d’envies, d’huile de coude et de ressources locales, toutes au centre de la vision de l’association Peseux en mieux. La chanteuse Elena Leuba, bien connue pour ses prestations vocales à Côté Talents et au concours Voice Star 2018 sera notre «special guest» aux côtés de Soy, artiste-graffeur et auteur de la fresque. La partie « officielle » évoquera le «making of» du projet avec, pour objectifs, de transmettre l’envie à d’autres de lancer des initiatives rassembleuses au sein du village.

Inaugurons la fresque citoyenne de Peseux en mieux!
Inaugurons la fresque citoyenne de Peseux en mieux!

L’idée de créer une fresque présentant les caractéristiques de Peseux de façon originale est née dans l’imagination de plusieurs Subiéreux en 2016, lors du brunch citoyen et de l’assemblée citoyenne organisés par l’association qui venait d’être créée.

L’année suivante, Mme Arlette et M. Yves Voegeli se montrent immédiatement enthousiastes à l’idée qu’une œuvre du graffeur Soy voit le jour sur une façade de leur entrepôt (rue Fornachon 32, à Peseux).

Elena Leuba chantera pour les Subiéreux
Elena Leuba chantera pour les Subiéreux

La fresque voit le jour en 2018 grâce au financement de l’entreprise Von Arx SA. Elle ne sera inaugurée qu’en 2019 suite à des tracas administratifs heureusement levés grâce à la collaboration des services de l’urbanisme communaux, grand merci à eux!

Vendredi 17 mai, on marche pour le climat et l’Amazonie à Peseux

Suite aux rencontres interculturelles entre une délégation de 16 indiens de la tribu amazonienne des Surui et la populations de la Côte et de Neuchâtel en mai 2018, organisée par Peseux en mieux, une association dédiée et nommée amazoNE est née. Elle organise une marche avec le chef Almir Narayamoga à Peseux ce vendredi.

Le chef des Surui, aussi surnommé le Gandhi d’Amazonie, fait un court passage en Suisse pour sensibiliser aux nouvelles difficultés rencontrées par sa tribu et, par extension, par tous les peuples indigènes du Brésil. Son président Jair Bolsonaro conduit en effet, depuis son élection en janvier 2019, une politique hostile aux indigènes déjà menacés par les orpailleurs et les déforesteurs clandestins. 

«Idéalement, nous aurions souhaité nous associer à la grève pour le climat du 24 mai, explique Sébastien Sintz, président de la nouvelle association et membre du comité de Peseux en mieux. Mais les dates de passage en Suisse du chef ne correspondaient pas», poursuit-il. L’association a invité les membres de Greenpeace et du Collectif citoyen pour le climat Neuchâtel à se joindre à cet événement qui sera « un avant-poste décentralisé avant la grève du 24». Car, pour l’association, la question amazonienne s’inscrit pleinement dans les enjeux du climat : «Chez nous, il faut qu’on comprenne que les gardiens de la forêt, (l’Amazonie est le poumon vert de la planète), garantissent aussi l’avenir des Occidentaux!», explique encore Sébastien Sintz. A l’issue de la marche une rencontre et des prises de paroles, du chef  Almir notamment, de même qu’un temps de questions auront pour théâtre le terrain d’herbe de Rugin sur les hauts de Peseux. (pah)

La ronde du compost à Peseux ou la démonstration de l’économie circulaire

L’économie circulaire, c’est quand une ressource, nos restes d’aliments par exemple, réintègre le cycle de la production de futurs aliments. Dans l’exemple de la nourriture, les déchets nécessitent de passer par le processus du compostage dont on retire cette terre noire et inodore, encore fumante et extraordinairement riche en nutriments.

Un terreau fertile est le produit du travail de la Compostière du Val-de-Ruz. A mélanger avec l'équivalent de terre tant la matière est puissante!
Un terreau fertile est le produit du travail de la Compostière du Val-de-Ruz. A mélanger avec l’équivalent de terre tant la matière est puissante!

A l’inverse, l’économie linéaire considère le déchet comme  juste bon pour la poubelle. C’est un double gâchis: d’une part la matière consumée ne fertilisera plus rien, d’autre part son incinération va nécessiter une source importante de chaleur artificielle, obtenue en brûler du pétrole – on connaît la suite : dégagement de CO2 et réchauffement climatique.

Nous avons donc la chance, dans notre pays comme ailleurs, que des filières de collectes des déchets verts aient été mises en place. Une chance à exploiter davantage car, selon les statistiques les sacs taxés promis à l’incinération sont constitués d’une tiers de déchets verts qui auraient pu être recyclés. A bon entendeur…

Au printemps et en automne, l'association citoyenne Peseux en mieux organise la distribution du compost produit au moyen des déchets verts du village. (Photo : S. Sintz)
Au printemps et en automne, l’association citoyenne Peseux en mieux organise la distribution du compost produit au moyen des déchets verts du village. (Photo : S. Sintz)

Subiéreux-ses, votre compost est avancé (et gratuit)!

Ajoutez VOTRE compost 100% subiéreux sur vos jardins, plates-bandes et plantations de terrasses et balcons!

Télécharger le flyer "Distribution gratuite de compost par Peseux en mieux"
Distribution gratuite de compost par Peseux en mieux

Samedi 28 avril, entre 8h30 et 12h30, les bénévoles de Peseux en mieux se feront un plaisir de vous seconder dans le remplissage de vos sacs – dont vous n’oublierez pas de vous en munir… – et de vous proposer un café (voire plus à l’heure de l’apéro!).

Notre association recrute toute personne intéressée à favoriser le mieux vivre ensemble sous toutes ses formes à Peseux et sur la Côte. Renseignements:

Ce terreau est produit à la Compostière du Val-de-Ruz où la Commune de Peseux fait acheminer nos déchets verts.

Christiane Kuntzer de la compostière du Val-de-Ruz répond aux questions de Peseux en mieux.

#compostpeseux #compostpeseuxenmieux #imperatifdevivremieuxapeseux #peseux

Du tennis toujours plus beau à jouer et à admirer à Trembley

«Ici, dans le petit village de Peseux, on a aussi du beau tennis», s’enthousiasme Livio Proserpi, membre du comité du Tennis Club Peseux. Il le dit d’autant plus fièrement que le « beau tennis», comme celui de membres féminins évoluant au sein club et classées parmi les 200èmes à 300èmes mondiales, ça ne vous tombe pas dessus un beau jour:  ça se fabrique.

Dans les hauts de Peseux, les belles frappes se fabriquent donc, à travers la volonté d’un comité ambitieux. Livio Proserpi détaille les investissements en infrastructures consentis par le club ces huit dernières années : trois tapis pour les terrains extérieurs et surtout une halle couverte récemment construite sur le hangar des « travaux publics » communaux, pour remplacer la bulle devenue totalement hors d’usage. A Trembley, on joue ainsi sur cinq courts en été et sur deux à la saison froide.

Un autre investissement, formatif celui-là, consiste en la fructueuse collaboration avec l’école de Cristian Villagràn (11e joueur au ranking suisse en 2016). «En trois ans, les moins de 14 ans du club sont passés de 30 à 100 joueurs», confie Livio Proserpi du club. Le trésorier du TC-Peseux suit de très près les affaires du club. Qui a bénéficié du soutien de la Loterie Romande et d’un prêt à échéance variable de l’entreprise Von Arx, où Livio Proserpi exerce également ses talents de gestionnaire.

Pierre Alain Heubi

Des membres du groupe "évolution". (Photo: avantagecv)
Des membres du groupe « évolution ». (Photo: avantagecv)

Sport de riches ?
L’image du sport pour personnes à revenus confortables colle à la peau du tennis. La cotisation pour un enfant de 10 à 15 ans coûte 80 francs tandis que l’école pour la saison d’été revient à Fr. 275.-. Pour Peseux en mieux, un meilleur soutien aux jeunes sportifs de la commune permettrait de valoriser les familles, de rendre l’habitat dans la commune plus attractif et, non des moindres, de faire diminuer les kilomètres parcourus par les parents qui conduisent leurs sportifs en herbes dans des clubs éloignés aux heures de pointe. (pah)

La pénurie de médecins à Peseux expédie les Subiéreux consulter à Neuchâtel

Jean Altwegg est le pharmacien de la Grand-Rue depuis 30 ans. Entreprenant, il préside aux destinées d’un laboratoire pharmaceutique et d’un home care de nutrition clinique. Avec la pénurie de médecins, il craint de voir Peseux devenir une cité dortoir.

En tant qu’observateur privilégié des Subiéreux et bien sûr de leur santé, Jean Altwegg est préoccupé par la diminution du nombre de médecins au village : «Quand je suis arrivé à Peseux, la commune comptait de nombreux médecins, souvent emblématiques, comme les docteurs Guillod, Studer, Matthey et j’en passe. Leurs consultations s’étalaient souvent sur de longues journées. Ils n’ont que partiellement été remplacés depuis. Parmi les nouveaux venus, plusieurs exercent par ailleurs à temps partiel», constate le pharmacien.

Peseux compte de nombreuses familles (ici lors de la fête des fontaines 2014).
Peseux compte de nombreuses familles (ici lors de la fête des fontaines 2014).

Absence de pédiatre dans un village de 6000 habitants
Mais le manque le plus aigu se situe au niveau du pédiatre. L’arrivée à la retraite du tout aussi emblématique Dr Schlaeppy a bouleversé le quotidien de nombreuses familles. Aucun successeur n’a repris son cabinet. «Ca n’est pas commode, pour un parent dont l’enfant est malade soudainement, de se déplacer en ville, souvent en voiture, pour consulter un pédiatre. D’autant plus si d’autres enfants en bas âges font partie du voyage faute de solution de garde. Et pas toujours aisé non plus de trouver une pharmacie ouverte après la consultation», décrit-il.

«Aujourd’hui, la plupart des médecins travaillent en cabinet de groupe, ce qui nécessite de plus grandes surfaces», explique Jean Altwegg. Concernant le pédiatre, l’apothicaire avait du reste été surpris que les autorités communales n’aient pas pu trouver une solution pour garder coute que coute un cabinet de pédiatrie à Peseux.

Jean Altwegg pose un constat alarmant : «Avec la disparition de certains services dans la commune, Peseux pourrait bien devenir une cité dortoir. A quoi il faut ajouter la perte fiscale due à l’exode des cabinets médicaux, mais aussi des commerces et autres services de proximité. «Il faut tout faire pour garder des pôles d’attractivité à Peseux !», lance-t-il.

Quant à l’avenir des pharmacies au village, le patron de la Grand-Rue se veut à la fois confiant et combatif. Confiant dans la population qui «continue de venir chez nous» à raison de 150 à 200 ordonnances par jour, et combatif car «on s’efforce de faire la différence par nos services, notamment par les livraisons à domicile qui représentent une quarantaine de clients quotidiens».

Pierre Alain Heubi

Comment la ville du Locle est en train de résoudre le problème de la pénurie de médecins

L’Echo du Vignoble joue par coeur la mélodie du vivre ensemble

Si l'Echo du Vignoble émarge à Peseux mais se produit volontiers à Neuchâtel - ici lors de la fête de la jeunesse.
Si l’Echo du Vignoble émarge à Peseux, elle se produit volontiers hors de ses frontières, comme ici lors de la Fête de la jeunesse à Neuchâtel.

«Je remarque vraiment un lien entre les jeunes de Peseux et de Corcelles-Cormondrèche», explique Olivier Simon, qui dirige l’Echo du Vignoble depuis 2015. Officiellement pourtant, la fanfare est subiéreuse si l’on s’en réfère à son oriflamme. Mais les choses changent. Par exemple, on ne dit plus “fanfare” mais “harmonie”, car l’ensemble mixe les bois (flûtes, saxophones, etc.) et non seulement des cuivres (trompettes, trombones, etc.).
Son dynamisme, ladite harmonie le tient à coup sûr de sa jeunesse : une moyenne d’âge inférieure à 20 ans, ça déménage forcément! Et ça cohabite très bien avec trois dinosaures – on sait juste qu’ils n’ont pas fondé l’Echo du Vignoble il y a 135 ans.
Olivier Simon, par ailleurs enseignant de physique et de mathématiques, ne trouve pas si différent d’enseigner la musique. «Je ne mets pas de notes aux musiciens, ils en ont assez sur leurs partitions!, lance-t-il. Et j’ai autant d’objectifs pour eux que pour mes étudiants. Dans les deux cas, le succès passe par le travail et la motivation!», assure-t-il.
Autre garante du succès: l’ambiance dans le groupe. «Si la répétition est empreinte de bonne humeur, on peut vraiment construire quelque chose ensemble. Un signe qu’on est tous détendus, c’est lorsque les musiciens osent poser des questions», explique Olivier Simon. Puis on trouve des solutions adaptées à chacun. Une dynamique qu’il recherche pareillement à l’école où la notion de classe est moins présente depuis la suppression des filières préprofessionnel, moderne et maturité au Cycle 3.
Accepter et vivre les différences de niveaux, par-delà les frontières communales, pour trouver l’harmonie, voilà une bien belle définition du “vivre ensemble” !

Pierre Alain Heubi

L'Echo du Vignoble dans le spectacle «Les haricots tragiques», avec le concours de comédiens (30 sept. et 1er oct. 2016 à la salle de spectacles à Peseux).
L’Echo du Vignoble dans le spectacle «Les haricots tragiques», avec le concours de comédiens (30 sept. et 1er oct. 2016 à la salle de spectacles à Peseux).